En quête du narval

Sur les traces de la licorne des mers

Présentation du projet

Le narval est un symbole de l’Arctique. Au confluent des thématiques animalière, culturelle et économique de la région, cette petite baleine blanche a longtemps fait vivre les populations autochtones et fantasmer les Occidentaux qui l’ont prise pour une licorne des mers à cause de la longue défense caractéristique des mâles.

Aujourd’hui, elle est un autre symbole: celui d’un Arctique en pleine mutation sous l’effet de l’activité humaine. C’est ce symbole-là, moins réjouissant, que le peintre naturaliste genevois Pierre Baumgart s’est mis en tête de raconter sous forme de récit de voyage, celui d’une quête, et sous forme de dessin bien sûr.

Tout au long de l’expédition, il embarquera à bord du Mauritius en différents endroits connus pour être des aires de répartition du narval: le long de la côte est du Groenland, aux abords ouest du passage du Nord-Ouest entre Baie de Disko (Groenland) et Resolute Bay (Canada), enfin entre Tiksi, Nordvik et Dickson (Russie) pour essayer d’apercevoir cet animal dont la discrétion a participé à la légende.

Le narval vit en effet le long de la banquise et s’est très bien adapté aux conditions extrêmes de ces eaux froides. L’absence de nageoire dorsale lui permet d’évoluer en limite des glaces là où l’orque, l’un de ses seuls prédateurs, ne peut le suivre. Par ailleurs assez rare, il est d’autant plus difficile à observer pour ces raisons pratiques: il est très dangereux pour une embarcation de s’approcher de la banquise.

Il plonge à très de grandes profondeurs pour capturer, grâce à un système d’écholocation sophistiqué, les poissons et les céphalopodes dont il se nourrit.

On connaît certes un peu mieux sa répartition et ses couloirs de migration mais de grands pans de son mode de vie et de sa morphologie restent encore obscurs. Et l’on devine aussi, hélas, que ce cétacé est très menacé par le réchauffement climatique et par la pollution sonore du trafic maritime qui tend à se développer dans son aire de répartition.

C’est tout cela, et bien plus encore, que Pierre Baumgart racontera et illustrera dans sa quête du narval.

expedition-arctique-Baumgart_mouette-rieuse-vague_72
image pierre baumgart

« Le narval est un symbole arctique par excellence. Il représente tout ce que j’aime: les cétacés, la glace, la difficulté, la quête… »

Biographie de Pierre Baumgart

Né en 1969 à Genève, passionné de faune et de nature depuis toujours, Pierre Baumgart est dessinateur, graveur et aquarelliste naturaliste. Il suit les traces du grand artiste naturaliste suisse Robert Hainard (1906-1999), qu’il a rencontré enfant et à qui il a demandé plus tard de lui enseigner sa technique particulière de gravure, entre tradition européenne et estampe japonaise, avec des dégradés et des touches de couleurs.

Il passe des jours et des nuits à observer les animaux dans leur habitat avant de réaliser des gravures qui peuvent lui prendre des semaines. Dans le cadre de The Ocean Mapping Expedition​, la précédente expédition de la Fondation Pacifique, Pierre Baumgart a embarqué sur Fleur de Passion en 2017 en Australie pour deux semaines de navigation dans le sud de la Grande Barrière de corail.

www.pierre-baumgart.ch